• Dans un article du 5 janvier 2013, j'évoquais ce qu'est le coaching... Petit rappel et complément à l'usage de intéressés et des curieux...

     

    Le coaching est l’accompagnement d’une personne ou d’un groupe de personnes dans un processus de changement d’une situation de départ à une situation d’arrivée choisie par le client.

    Il favorise l’émergence et le développement de ressources et de solutions propres au coaché, dont il n’a pas toujours conscience, en vue de trouver de nouvelles solutions, élargir son champ du possible et avancer.

    le coaching et vous : une aide pour trouver votre voie

    le coaching est-il une technique de "bien-être" ?

    Le coaching s’inscrit dans une dynamique de changement vers un objectif «écologique», c’est-à-dire qui apporte du positif au coaché. La personne, guidée par son coach, entre en contact avec ses ressources, trouve des clés pour changer, évoluer, améliorer sa qualité de vie. Il me semble donc que le coaching fait partie des techniques de bien-être. 

    Qu'est-ce que le coaching personnel (coaching de vie) ?

    Le coaching de vie est une écoute active, un accompagnement basé sur la bienveillance et la confiance. Il vise à aider les personnes désireuses de prendre leur vie en main, se sentant un peu seules ou démunies face à un réel désir de changement. Le coaching de vie peut être très utile pour débloquer une situation, aider à atteindre un objectif réalisable. Il s’inscrit dans une démarche de développement, d’évolution, de mieux être.

    Qu'est-ce que le coaching d'entreprise ?

     

    Le coaching d’entreprise s’inscrit dans le cadre d’une demande d’une entreprise ou d’une organisation. Il est un processus qui favorise l’émergence et le développement de ressources et de solutions propres à chaque individu. La personne, ou l’équipe accompagnée, va élargir sa vision et acquérir davantage de discernement sur sa fonction / son rôle dans l’organisation. Ce coaching concerne aussi bien les managers que tous les acteurs de l’entreprise.

    le coaching et vous : une aide pour trouver votre voie

    Le coaching est un outil qui s'adapte à tous, que ce soit dans le cadre privé ou professionnel.

    Si vous souhaitez en savoir davantage, contactez-moi... edwige@clefsdevie.com

     

    www.clefsdevie.com

    le coaching et vous : une aide pour trouver votre voie

     


    1 commentaire
  • Estime de soi, Confiance en soi, Assertivité ...

    Si vous manquez d'une de ces compétences, votre construction sur le chemin de la vie se trouve compliquée...

    Le coaching peut vous permettre de trouver des clefs pour avancer sur votre chemin de vie vers plus d'harmonie, de congruence, de plaisir de vivre et partager...

    Le coaching pour vous aider à développer l'estime de soi, la confiance en soi, l'assertivité...

    Qu'est-ce que l'estime de soi?

    C'est le jugement que l’on porte sur sa valeur dans les différents domaines de la vie. C’est avoir conscience de ses forces et faiblesses, donc pouvoir prendre conscience de ses limites, les dépasser, et les développer encore davantage. C’est ce que l’on pense et ressent à propos de soi-même.

     Qu'est-ce que la confiance en soi?

    C'est le sentiment que l’on éprouve quand on sait qu’on peut compter sur soi-même pour faire face aux défis qui se présentent.

    Et l'assertivité, qu'est-ce?

    C'est la capacité de s’exprimer, de défendre ses besoins et ses droits avec bienveillance et dans le respect d'autrui. 

    Le coaching pour vous aider à développer l'estime de soi, la confiance en soi, l'assertivité...

    Alors, ...

    vous souhaitez être acteur de votre changement, de votre épanouissement ?

    vous recherchez des clefs pour vous investir dans une démarche de développement appropriée ?...

    Contactez-moi, je peux vous aider... 

    Le coaching pour vous aider à développer l'estime de soi, la confiance en soi, l'assertivité...

    http://www.clefsdevie.com/

     

     


    1 commentaire
  • Je vous propose une méthode pour aider les enfants dans leur apprentissage de l’orthographe.

    Mon aide consiste à les entrainer par des dictées en lien avec les sujets étudiés en classe, à avoir des approches d’apprentissage et de correction aidantes, valorisantes.

     

     

    apprendre à apprendre

     

     

    - Lors de la correction, je commente et j’entoure les mots ou accords difficiles et sur lesquels il n’y a pas d’erreur, je les félicite de leur réussite alors qu’il y avait une difficulté.

     

    - Nous discutons sur les mots, apprenant à faire des associations …

    Moi : « Ce mot est de quelle famille, peux-tu le rapprocher d’un autre mot qui a la même racine ? » …

    un Enfant : « Ah oui, « bruit » prend un –t– à la fin, car c’est de la même famille que « bruitage ».  J’aime bien quand on trouve des mots de la même famille, ça m’aide ».

     

    -           Pour l’apprentissage de l’orthographe des nouveaux mots :

     

     

    apprendre à apprendre


     

    La démarche que je propose s’inspire  des recherches faites au New Learning Pathways (centre de PNL en Californie). Dans ce centre, des élèves brillants ont été observés. Les chercheurs ont ainsi mis en évidence que les élèves qui n’ont que peu d’efforts à fournir pour obtenir de très bons résultats, procèdent de la manière suivante pour mémoriser :

    - Ils perçoivent le mot écrit sur un papier ou une ardoise (visuel externe).

    - Ensuite ils en imaginent une représentation, comme une image ou un dessin ou une photographie (visuel construit). Cette étape de représentation construite peut aider à la mémorisation.

    - Puis ils ferment les yeux en continuant à voir mentalement le mot (visuel remémoré) et ils sentent (kinesthésique) s’ils sont dans l’exactitude.

     

    Procédant ainsi, ils délaissent le canal auditif. Néanmoins, à des enfants utilisant beaucoup le canal auditif, ou dialogue interne, on peut proposer que le dialogue interne aide à mieux voir par l’évocation d’une image pour gérer l’information.

     

    M’inspirant de ce procédé, je suggère aux enfants de photographier l’orthographe du mot (visuel externe) puis de l’associer à une image du mot, comme un dessin, (visuel construit) avant de s’en souvenir en le regardant dans leur tête, les yeux fermés (visuel remémoré) puis d’écrire le mot (kinesthésique externe) avant de ressentir l’exactitude de ce qu’ils ont écrit (kinesthésique interne).

     

    * L’enfant regarde le mot, mémorise la première et la dernière lettre, celles du milieu, s’il y a quelque chose au-dessus (accents…).

    * Je lui propose d’associer ce mot en pensée (dans sa tête) à un dessin ou une image ou une photographie.

    * Ensuite, je cache le mot et demande à l’enfant s’il s’en souvient ou s’il a besoin de le revoir.

    * Selon la réponse, nous retournons à l’étape précédente, sinon l’enfant l’écrit sur une feuille ou une ardoise.

    * Le mot, une fois écrit, je demande à l’enfant de le revoir dans sa tête et d’exprimer s’il ressent comme juste l’orthographe de celui-ci.

    * S’il y a une erreur, l’orthographe « créée » est alors comparée à l’orthographe « réelle » (observée au départ) afin que l’enfant intègre la bonne écriture du mot.

    * Si le mot est bien orthographié, je félicite l’enfant pour son acquisition.

    * Je précise ensuite à l’enfant, pour la prochaine fois où il écrira ce mot, qu’il pourra en revoir dans sa tête l’image du départ, l’écrire et ressentir la justesse de ce qu’il a écrit.

    Une telle attitude aide l’enfant à avoir une meilleure image de lui et évite qu’il ne généralise des croyances pouvant avoir des effets limitants sur son comportement.

     

    apprendre à apprendre

    Désormais, quand j’entends dans mon entourage des phrases du type « il est nul », « il est paresseux »…, je me permets de faire remarquer discrètement et avec empathie à l’émetteur du message que son interlocuteur a eu un comportement de « nullité », de « paresse » mais que le destinataire du message n’est pas une personne paresseuse…

     

    A vous de jouer maintenant... N'hésitez pas à me faire part de vos remarques sur la méthode... :-))

     


    1 commentaire
  • Savoir écouter, qu'est-ce?...

    Savoir ecouter cest savoir faire le silence en soi, faire taire cette mécanique mentale qui nous porte à juger ou à comparer.

    Être dans le moment présent sans penser ce qu'on va répondre ou sans anticiper la fin de la parole de son interlocuteur.

    Ecouter c'est communier avec l'interlocuteur, être centré sur lui et sur ce qu'il nous dit. C'est aussi s'informer, s'ouvrir à de nouvelles connaissances, c'est  chercher à comprendre puis ensuite à échanger et construire ensemble. 

    Savoir écouter c'est aussi savoir se taire soi-même.

    Sans écoute, il n'y a pas de communication ; juste deux interlocuteurs qui suivent chacun leurs pensées, leur mode de fonctionnement, sans interaction, sans échange, sans construction.

    Ecouter vraiment manque souvent dans les échanges. Cela s'apprend, comme être dans le moment présent : se poser, être attentif au moment qui passe, aux personnes présentes avec respect et bienveillance... 

    Savoir écouter

    Voici un joli poème de Jacques Salomé sur l'écoute.

    "Ecoute-moi".


    Écoute-moi, s'il te plaît, j'ai besoin de parler.
    Accorde-moi seulement quelques instants,
    Accepte ce que je vis, ce que je sens,
    Sans réticence, sans jugement.

    Écoute-moi, s'il te plaît, j'ai besoin de parler.
    Ne me bombarde pas de conseils et d'idées,
    Ne te crois pas obligé de régler mes difficultés.
    Manquerais-tu de confiance en mes capacités ?

    Écoute-moi, s'il te plaît, j'ai besoin de parler.
    N'essaie pas de me distraire ou de m'amuser,
    Je croirais que tu ne comprends pas
    L'importance de ce que je vis en moi

    Écoute-moi, s"il te plaît, j'ai besoin de parler.
    Surtout, ne me juge pas, ne me blâme pas.
    Voudrais-tu que ta moralité
    Me fasse crouler de culpabilité ?

    Écoute-moi, s'il te plaît, j'ai besoin de parler
    Ne te crois pas non plus obligé d'approuver
    Si j'ai besoin de me raconter
    C'est simplement pour être libéré

    Écoute-moi, s'il te plaît, j'ai besoin de parler
    N'interprète pas et n'essaie pas d'analyser
    Je me sentirais incompris et manipulé
    Et je ne pourrais plus rien te communiquer

    Écoute-moi, s'il te plaît, j'ai besoin de parler.
    Ne m'interromps pas pour me questionner,
    N'essaie pas de forcer mon domaine caché.
    Je sais jusqu'où je peux et veux aller

    Écoute-moi, s'il te plaît, j'ai besoin de parler.
    Respecte les silences qui me font cheminer.
    Gardes-toi bien de les briser,
    C'est par eux bien souvent que je suis éclairé.

    Alors maintenant que tu m'as bien écouté
    Je t'en prie, tu peux parler
    Avec tendresse et disponibilité
    À mon tour, je t'écouterai.

     

     

    Savoir écouter

     


    1 commentaire
  •  

     Un outil pour optimiser sa communication ; savoir, se rappeler,  identifier que la comunicaion ne passe pas que par le vebal,  loin de là.... L'observation...

     

    La communication ne passe pas que par le verbal

     

    La communication non verbale est l'acte d'établir un contact, un rapport, un échange avec une personne sans le verbal (la parole). La commuication non verbale comprend le langage para verbal (intonation...) et la gestuelle  le langage corporel). ainsi, dans un échange, 7% de la communication passerait par le verbal, 38% par le para-verbal et 55% par le non-verbal. 

     

    La communication ne passe pas que par le verbal

      

    Maîtriser sa communication non-verbale permet

    - d’obtenir plus facilement l’attention et l’adhésion,

    - de traduire celle des autres,

    - de  comprendre leurs intentions.

    Adapter sa communication non-verbale à son interlocuteur permet d’instaurer un climat de d'échange, voire de confiance.

    Observer, se synchroniser, c'est à dire adopter la posture de son interlocuteur sans le singer, cela se fait souvent inconsciemment quand deux personnes sont "connectées", cela peut aussi résulter d'un apprentissage en vue de créer un "lien" de communication.... 

    Amusez vous à observer deux personnes qui "communiquent" et identifiez ce qui se passe, notez à travers leur gestuelle si elles semblent reliées ou non ; ont elles un posture "miroir" l'une de l'autre? .. Qu'observez vous?... 

     

    La communication ne passe pas que par le verbal

     

     


    1 commentaire
  •  

    Les métaphores permettent de toucher un point sensible par un langage indirect qui touche l’inconscient du sujet. Si une personne n’est pas disposée à discuter, à entendre un message qui lui est directement adressé, une métaphore pourra être utilisée pour que le message passe par une voie indirecte, inconsciente. Cela permet de communiquer en contournant les obstacles des mécanismes de blocage ou de défense. On accède plus facilement aux ressources de la personne en utilisant un langage symbolique.

    La métaphore permet :

    -       de contacter les profondeurs de l’autre et de susciter en lui la capacité de changement,

    -       de générer éventuellement un changement de son point de vue,

    -       de trouver une solution dans une situation apparemment insoluble.

     

    La thérapie par les contes et la métaphore a été remise à l'honneur par de grands thérapeutes comme Milton Erickson ou encore par un auteur comme Jorge Bucay, dans le livre "Laisse-moi te raconter... les chemins de la vie".

    L'utilité des métaphores dans la communication

     

    L'utilité des métaphores dans la communication

     

    L'utilité des métaphores dans la communication

     


    1 commentaire
  •  

    Communiquer avec un enfant

     

    Pour communiquer il est indispensable de créer des conditions favorables en ayant à l’esprit quelques clés :

    -  Se positionner dans une attitude de gagnant/gagnant,

    Avoir une écoute active, une attitude d’échange, de confiance, de respect, d’aide...

    1/ Le besoin de sécurité

    Un enfant a besoin de se sentir en sécurité pour s’exprimer, parler de lui, de ses craintes… Favoriser cette sécurité passe par l’instauration d’un climat de confiance, d’écoute ; l’installation du rapport.

    2/ S’adapter au monde de l’enfant (espace taille et temps) …

    Un adulte qui se trouve face à un enfant, apparaît pour ce dernier tel un géant. Il peut être par conséquent judicieux, pour éviter que l’enfant se sente vu « de haut », de lui proposer que chacun soit assis.

    Les longs discours peuvent vite lasser les enfants. Il paraît judicieux de choisir un moment de détente et de se dire que c’est un moment privilégié pour entrer en relation.

    3/ Avoir une attitude tournée vers l’enfant

    a/ Savoir se poser, prendre son temps

    Un adulte impatient aura peu de chance d’installer le rapport, d’obtenir la confiance de l’enfant face à lui. Il est important de prendre le temps de se poser, être disponible pour entrer en communication. Commencer l’entrée en relation par une petite phrase bienveillante du type « ça me fait plaisir qu’on ait un moment ensemble » peut être très aidant en établissant ainsi les bases d’une bonne relation.

    Savoir se poser pour écouter est primordial. Ainsi, si l’enfant exprime un besoin de dialogue à un moment où le parent n’est pas disponible :

    - soit il est possible à ce dernier de se libérer et d’échanger avec son enfant dans l’instant,

    - soit le parent peut définir un moment à venir (le plus proche possible) où il sera à l’écoute dès qu’il se sera acquitté de ce qui l’occupe à l’instant

    b/ Calibrer ce que peut ressentir l’enfant et se synchroniser 

    L’état interne de l’enfant peut se manifester par du « non-verbal ». Cela signifie qu’il est utile d’être attentif aux éléments observables : le visage (fermé, ouvert, la coloration, les mouvements de cils…), les gestes (gigotements, impatience, immobilité…) et d’adapter sa posture, son attitude.

    - Face à un enfant triste, il est aidant de faire preuve de compassion. La posture, les mots, le ton de la voix indiqueront à l’enfant qu’on le comprend et cela lui permettra de se sentir en sécurité pour s’exprimer.

    - Face à un enfant plein d’énergie, il est aidant de faire preuve de vitalité. L’enfant se sentira porté pour s’exprimer car il verra ou sentira une énergie miroir de la sienne chez son interlocuteur…

    c/ L’importance du non verbal 

    La communication passe pour 93% dans le non-verbal  (para verbal et non-verbal) : le ton de la voix, la posture, le regard...

    Il est donc primordial de vérifier que l’échange commence par le regard. Maîtriser la relation, c’est savoir observer l’autre, avoir une gestuelle adaptée ou synchronisée à son interlocuteur. 

    Il est nécessaire, pour  se faire comprendre de maîtriser la parole et d’être très vigilant au non-verbal et au ton de la voix.

    => Les enfants peuvent ne pas comprendre certaines paroles mais captent très bien les attitudes et cela dès un très jeune âge.

    Maîtriser sa communication non-verbale permet d’obtenir plus facilement l’attention et l’adhésion. Traduire celle des autres permet de comprendre leurs intentions. Adapter sa communication non-verbale à son interlocuteur permet d’instaurer un climat de confiance. 

    d/ Ne pas juger, reformuler, proposer un feed-back

    L’enfant doit se sentir en sécurité et entendu ; par conséquent, il est primordial de ne pas le juger mais de le respecter avec bienveillance comme on le ferait avec une personne plus âgée.

    De plus, il peut être utile de reformuler pour s’assurer qu’on a compris son message, que ses mots ont le même sens pour soi :

    * quand tu dis…, qu’est ce que cela veut dire pour toi ?

    * si je comprends bien, tu ….

    L’adulte peut exprimer ce que l’échange génère en lui en formulant qu’il est satisfait (heureux, content…) de ce moment de dialogue. S’il souhaite émettre une recommandation, il peut ajouter une formulation « douce » sur le modèle de l’expression d’une piste d’amélioration et conclure par une idée valorisante pour l’enfant.

     

    Communiquer avec un enfant

     


    1 commentaire
  • Course à pied et bien êtrePour éviter les contraintes des salles de sports, savourer la liberté de pratiquer le sport dès qu’un moment libre pointe son nez, une solution ; COURIR….

    Ce sport nécessite très peu de matériel et une organisation minimale.

    La course à pied renvoie à des valeurs de bien-être et de temps pour soi et permet ainsi de se sentir mieux dans la vie de tous les jours 

    Avant de commencer, savoir ce qui vous motive :

    Quel est votre objectif pour la course à pied ?

    Un objectif qui ne dépend que de vous,

    qui soit contextualisé (quand, où, comment, à partir de quand, à quelle fréquence?)

     

    Au delà des buts tels que la perte de poids, les bienfaits de la pratique de course à pied se font ressentir sur d’autres aspects de la santé :

     - Gagner en confiance : Cette pratique permet au coureur expérimenté de devenir plus fort et plus sûr de lui en procurant un sentiment de puissance et de liberté. La pratique de ce sport entraine un dépassement de soi physique et mental avec une notion de plaisir. Il y a un plaisir à se dégager du temps pour soi et cette pratique et une fierté à se fixer un objectif réalisable, sain pour soi, se dire « je peux le faire », le tenir et se féliciter «Super, je l’ai fait ».

    - Lutter contre le stress : Le temps de la course est souvent un temps de réflexion, de méditation ou d'évasion. La durée de l'activité permet de résoudre ses difficultés, de se libérer l'esprit. Découvrir un paysage, une ville fait aussi partie des aspects positifs et bienfaisants  de ce sport.

    - Humeur : Au-delà du stress, courir libère des endorphines " hormones du bonheur " qui améliorent l'humeur et bloquent les récepteurs de douleurs. Courir occupe l’attention et la détourne de l'objet du trouble, de la déprime éventuelle.

    - Renforcer sa force de caractère : la course peut aider à renforcer son caractère. En se fixant des objectifs évolutifs, en se donnant les moyens de les atteindre, en se surpassant, on développe sa concentration et de sa détermination. La pratique de la course renforce son endurance et sa capacité à faire face à de nombreuses difficultés. Ces qualités peuvent être utiles dans bien d'autres domaines que celui du sport.

    Un risque existe pour le coureur avide de toujours plus d’effort, de dépassement, c’est l’asservissement, l’addiction. Pratiquer toujours plus, au delà du plaisir et du bien-être devient un problème d’existence. Pour cela, il est utile d’avoir un équilibre entre plusieurs domaines de vie ; l’activité professionnelle, la vie familiale, le sport, les relations amicales, les loisirs culturels, le sport.

     

    Plus d’informations sur le footing, http://jogginglaverune.com/trucs_et_astuces/bienfaits_jogging.html

    Course à pied et bien être

    www.clefsdevie.com/


    votre commentaire
  • LES ORIGINES DU TERME

    Le terme coach, anglophone, viendrait du « cocher » français, celui qui conduisait le coche, imposante voiture tirée par des chevaux et destinée au transport de voyageurs. Le cocher conduit les personnes d’un point de départ à un point d’arrivée choisi par les voyageurs. Le coaching fut même une pratique inaugurée par Socrate par sa pratique du dialogue par questionnements et recadrage. Ainsi, le coach accompagne, conduit, guide par l’écoute, le dialogue, des techniques aidantes mises au service de son client.

    Les origines du terme Coaching

    LA DÉFINITION

    Le coaching est l’accompagnement d’une personne ou d’un groupe de personnes dans un processus de changement d’une situation de départ à une situation d’arrivée choisie par le client.

    www.clefsdevie.com

    Les origines du terme coaching et définition


    votre commentaire
  • Quelques mots sur le Coaching…


    Qu'est ce que le coaching?Ma définition du coaching

    Le coaching est l’accompagnement d’une personne, ou d’un groupe de personnes, dans un processus de changement. Il permet au coaché de s’adapter et de mieux vivre cette évolution.

    Le coaching favorise l’émergence et le développement de ressources et de solutions propres au coaché, dont il n’a pas toujours conscience, en vue de trouver de nouvelles solutions, élargir son champ du possible et avancer.

    Au fil de ma formation en PNL (Programmation Neuro-Linguistique), j’ai élargi ma perception du monde !

    J’ai fait mienne l’idée que chaque comportement est sous tendu par une intention positive. J’ai intégré intrinsèquement que le comportement n’est pas l’identité…

    Ces acquis ont modifié ma perception de moi-même et des autres. Sur ce chemin, l’envie d’aider autrui par des séances d’écoute active est devenue une évidence pour moi, un moteur, une source d’alignement de ma personne, une ouverture dans ma vie !

    le coaching est-il une technique de "bien-être" ?

    Le coaching s’inscrit dans une dynamique de changement vers un objectif «écologique», c’est-à-dire qui apporte du positif au coaché. La personne, guidée par son coach, entre en contact avec ses ressources, trouve des clés pour changer, évoluer, améliorer sa qualité de vie. Il me semble donc que le coaching fait partie des techniques de bien-être. 

    Qu'est-ce que le coaching personnel (coaching de vie) ?

    Le coaching de vie est une écoute active, un accompagnement basé sur la bienveillance et la confiance. Il vise à aider les personnes désireuses de prendre leur vie en main, se sentant un peu seules ou démunies face à un réel désir de changement. Le coaching de vie peut être très utile pour débloquer une situation, aider à atteindre un objectif réalisable. Il s’inscrit dans une démarche de développement, d’évolution, de mieux être.

    Qu'est-ce que le coaching d'entreprise ?

    Le coaching d’entreprise s’inscrit dans le cadre d’une demande d’une entreprise ou d’une organisation. Il est un processus qui favorise l’émergence et le développement de ressources et de solutions propres à chaque individu. La personne, ou l’équipe accompagnée, va élargir sa vision et acquérir davantage de discernement sur sa fonction / son rôle dans l’organisation. Ce coaching concerne aussi bien les managers que tous les acteurs de l’entreprise.

    vous pourrez retrouver cet article sur : www.bonjourbienêtre.fr

    www.clefsdevie.com

     

    Qu'est ce que le coaching?


    1 commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique